MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

LICENCIEMENT AU BURKINA FASO: encore des victimes à la boulangerie 2000

LICENCIEMENT DES 218 TRAVAILLEURS DE LA BOULENGERIE 2000

 

 

 

Les boulangeries 2000 sont un ensemble  de sept (07) boulangeries dont Mr RISKALLA Elie de nationalité libanaise est le PDG. Depuis les années 2004 ces boulangeries sont plongées dans une  crise exclusivement attribuable au PDG. En effet, celui-ci n'a cessé d'indigner les travailleurs et de polluer l'atmosphère au  sein de l'entreprise à travers des méthodes capitalistes et sans base légales que sont les suivantes : licenciement d'une première vague en 2004, suspension de postes, diminutions  de salaires, tentatives de division des travailleurs, le non respect de leurs droits etc.….

           

A tout ces désarrois s'ajoute le non reversement des cotisations des travailleurs à la caisse populaire ainsi que le non remboursement des prêts contractés par les travailleurs auprès de la caisse poppuulaire quand bien même il prélevait sur les salaires de ceux-ci.

           

Animé de mauvaises intentions  notamment celle de déclarer la faillite de son entreprise pour ainsi profiter des milliards qu'il avait rapatrié dans son pays  d'origine, MR RISKALLA va entreprendre une panoplie  d'actions allant dans ce sens. Il refuse d'abord de payer ses dettes envers ses fournisseurs et particulièrement à trois compagnies de téléphonie mobile  que ,sont Telmob, Telecel et Zain et ensuite achète à crédit cinq (05) fours de production avec un certain SANTOMENNA Gaetano d'origine italienne, crédit qu'il refusera par la ,suite de payer. Cette dernière situation ne sera pas facilement gérable car Mr SANTOMENNA déposera une plainte à la gendarmerie contre Mr RISKALLA le 17 janvier 2008. Ce dernier,fut arrêté et déféré à la maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) où ,il passe²25 jours  avant sa mise en liberté provisoire le 22 février 2008 qu'il a d'ailleurs obtenue par suite de corruption.

           

Après  sa libération Mr RISKALLA licencie les 218 employés qu'il avait embauchés sans préavis et dont la plupart militent au sein de la fédération nationale  des  boulangers et pâtissiers du Burkina (FNBPB) lesquels employés avaient contractés des dettes pour assurer le fonctionnement de l'entreprise pendant sa détention. 

            Suite à ces licenciements les travailleurs l'interpellent auprès du tribunal de travail pour explications. Celui-ci claque la porte et sort en affirmant que l'article 96 du code du travail le lui permet. Ce qui est totalement injuste car cela fut fait en violation de l'article 106 de ce même code alors que trois(03) des sept (07) unités continuaient de fonctionner ; en plus il n'a pris aucun soin de récolter l'avis des services techniques de l'inspection du travail. L'un de ses arguments était également l'absence de l'électricité au sein de ses unités ,ce qui a été très rapidement démenti par les travailleurs car l'électricité avait été rétablie dans toutes les unités.

           

A souligner également que le licenciement s'est fait avec trois (03) mois d'arriérés de salaire.

           

Pendant que les travailleurs menaient des démarches auprès de l'inspection du travail pour faire revenir M. RISKALLA à la table de négociations, ils apprenaient sa fuite vers le Liban le 15 Mars 2008.

 

Curieusement, c'est au conseil d'arbitrage que les travailleurs seront convoqués par trois (03) fois avec des renvois et la quatrième fois le conseil s'est déclaré incompétent.

Au niveau du tribunal du travail, après deux (02) renvois dus à l'absence du conseil de M. RISKALLA, la prochaine audience est prévue pour le 30 Octobre 2009.

           

Le Mouvement des Sans Voix, organe de lutte et de défense des « sans », après plusieurs rencontres avec les licenciés et à l'issue d'une analyse profonde est déterminé à mener la lutte auprès des travailleurs pour l'obtention de leurs droits et reste convaincu que seule une mobilisation nationale et internationale nous permettra de remporter la victoire le 30 octobre prochain. Ainsi nous sollicitons cette solidarité et l'union autour des différentes luttes au sein du réseau NO-VOX qui ne cessent de se manifester pendant les cas critiques comme celui des travailleurs de la boulangerie 2000 pour une pression à l'échelle internationale.

 

Le mouvement des sans voix, par la même occasion condamne fermement ces licenciements injustifiés et qui semblent être approuvés par nos dirigeants véreux irresponsables et corrompus. En ce sens, nous lançons également un appel à la société civile burkinabé et à l'ensemble du peuple burkinabé de prendre à bras le corps ce problème et invite à plus  de solidarité avec ces pères de familles dont la perte de leurs emplois compromet  l'éducation des enfants, la santé de la famille, l'accès à la nourriture. Des citoyens honnêtes, intègres et dignes dont les cotisations qui s'élevaient à plus  de 100 millions de F CFA fut détournées par leur ex-employeurs et qui pour  ce fait pourront se retrouver dans la rue car étant dans l'impossibilité de payer les loyers.

 

Aux autorités du Burkina Faso,un employeur qui détourne les cotisations de ces employés, qui détourne les prélèvements sur les salaires pour le remboursement des dettes qu'ils ont contracté à la caisse populaire met en danger des vies humaines particulièrement celles des travailleurs et des retraités. Du côté des travailleurs, en cas de retraite, s'ensuivra directement la mort ne serais que par la  faim où par une petite maladie dont ils auraient pu évités avec l'argent de leurs cotisations. Mr RISKALLA commet là donc un crime économique. Donc avant toute chose,Mr RISKALLA doit être surveillé de près pour qu'il ne quitte pas le pays et le meilleur endroit nous garantissant cela est la prison. Par ailleurs il dit avoir la justice dans sa poche. Mr RISKALLA tente de vous rendre complice de  toute conséquence désastreuse qui en découlera de ce licenciement si rien n'est fait pour sortir les travailleurs de cette situation dramatique. Nous vous invitons donc à l'application sans faille des textes le 30 octobre prochain pour démasquer ce escroc afin qu'il paye tous les droits des travailleurs pour le bonheur du peuple Burkinabé et pour que les honnêtes citoyens n'en soient plus victimes.

 

Nous sommes déterminés plus que jamais pour que justice soit faite sur ce cas et sur d'autres cas similaires notamment le cas Yacouba OUEDRAOGO, porte-parole   des travailleurs de Total Burkina sa licencié.

à souligner que depuis plusieurs semaines Mr Riskalla chante à qui veut l'entendre quq'il va ouvrir de nouvelles boulangeries avec une nouvelle société .Et, ceci ,afin de s'affranchir des droits de ses traavailleurs,cette façon de faire est intolerable, et les autorités en place,ne peuvent et ne doivent en aucun cas cautionner ce type de pratique.

 

 

          MSV : «  POUR LE DROIT DES PEUPLES ,

NOUS NOUS ENGAGBEONS  »

 

    

                                                                       

  



20/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres