MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

compte rendu du ciné débat du samedi 21mars

              RAPPORT DU CINE DEBAT DU SAMEDI 21 MARS 2009

 

Le samedi 21 mars dernier, la citée universitaire ‘‘chinoise’’ sise à Goughin (Ouagadougou) était à l’honneur. Pour cause, Le Mouvement des Sans Voix Burkina avait donné rendez-vous au habitants de la cité et environnants. En effet une projection de film intitulée j’ai serré la main du diable relative au génocide Rwandais de 1994 suivie de débat dont le thème était non moins attractif « l’interventionnisme des grandes puissances dans les affaires d’Etats africains » était au menu. Cette activité fut réalisée avec la complicité indéfectible du centre de presse Norbert ZONGO.

       Ce jour là dès 15h les membres du MSV ont débarqué au lieu de l’activité question de tout mettre en œuvre pour assurer un succès éclatant de l’activité. Déjà à 18h tout était fin prêt pour le démarrage effectif de la soirée, chacun ayant mis la main à la pâte toujours animé par l’esprit d’équipe .Prévue en principe pour débuter à 19h un incident d’ordre matériel est venu tiédir l’ambiance puérile qui prévalait jusqu’à cette heure là. En effet la quiétude et la sérénité avaient fait place à la frilosité dans les rangs des organisateurs. Le publique qui n’avait pas également marchandé sa présence montrait des signes de lassitudes et d’impatience. Au bout d’une heure d’attente ponctuée souvent par des explications et d’excuses à l’endroit du publique par l’animateur de la soirée, l’obstacle a été levé au grand bonheur de tous. Et dans la foulé, c’est le début effectif de la soirée autour de 20h devant un parterre de 400 auditeurs.

                  

Voici pour vous quelques images d’avant la projection. Celles prises pendants la projection sont erronées. 

                                                            A                                                       l’entré de la citée                     Quelques copains du MSV-BF                                        

 

 

 

  L’Afrique a été au cœur des textes des artistes qui la présentent avec toutes ses richesses humaines et naturelles mais qui malheureusement se trouve sous perfusion. L’immigration qui est un thème d’actualité n’a pas laissée les artistes indifférents .Ceux-ci l’on évoquée comme une résignation de certains africain à la construction du continent Ils ont persuadé le publique sur les conséquences de l’immigration qui sont souvent la mort pendant la traversée du désert, des mers et les traitements inhumains que subissent les migrants (sans papiers) sur leur terre d’accueille. En un mot l’idée était de décourager les futurs prétendants à l’immigration. Les messages de ces artistes avaient un point commun qui est la nécessité de s’investir d’avantage pour le développement du continent, à l’union de Afrique bref voir naître un autre monde plus juste que celui-ci.

     La prestation d’artistes fut suivie de la présentation du MSV-BF par le secrétaire général (NABI Jean-marie) .Ce fut l’occasion pour lui de faire un briefing de la philosophie du mouvement. But et objectifs comment est-il né ce fut les grand points de son intervention.

      Après ce l’entrée de l’invité surprise de la soirée en l’occurrence le célébrissime artiste musicien burkinabé, SMOCKEY a déclanché un tonnerre d’applaudissement et de cris. Après quelques mots de ce dernier, début de la projection.

   Tout au long du déroulement du film, l’émotion était palpable suscitée par l’horreur indicible des images .les réactions fusaient tout azimuts. A 22h45 a pris fin le déroulement du film et se fut sans nul doute le début de la phase la plus important et la plus attendue de la soirée, notamment le débat. Dans l’ensemble les interventions sont demeurées dans le cadre du thème même si certains intervenants ce sont montrés prolixes. Les avis étaient partagés à propos de cet interventionnisme des grandes puissances de telle sorte qu’ils résistent à toute synthèse rigoureuse. Néanmoins les propos avaient quelques traits communs. Nous pouvons relever leur virulence à l’endroit des grandes puissances et de leurs valets locaux, des appels à plus de détermination dans la lutte « quitter la théorie pour le pragmatisme » dixit un intervenant, l’évocation de l’échec des politiques des dirigeants africains. En clair un sentiment de négation était la chose la mieux partagées vis à vis de l’interventionnisme des grandes puissances dans les affaires d’Etats africains.

     Mais il y a lieu de noter que des questions d’éclaircissement ont été posées tant sur le thème que sur le MSV-BF.

D’une part tentant d’apporter quelques éléments de réponses aux questions se rapportant au thème et de complément à certaines interventions,le grand frère DIALLO Abdoulaye  gestionnaire du centre national de presse Norbert  ZONGO  à la table avec SMOCKEY n’a cessé de ponctuer ses propos de leitmotiv suivants : « avoir la science de sa misère ;s’armer de science jusqu’aux dents » pour interpeller l’auditoire afin qu’il aille à l’information pour une meilleur compréhension du « système d’exploitation » érigé par les grandes puissances s’il désir le combattre efficacement. En un mot il invite les jeunes à élever leur niveau intellectuel par la formation politique et idéologique, par le militantisme .Il a au passage décrit le système d’exploitation dans certains pays tels que le Centrafrique, la RDC Congo etc.

       A la suite de DIALLO l’autre invité, SMOCKEY a quant à lui invité la jeunesse à l’activisme dans la discipline, lancé des propos élogieux à l’endroit de tous les combattants de la liberté comme le MSV avant de rassurer de sa disponibilité chaque fois que besoin sera pour apporter sa contribution à des actions nobles.

         D’autres part, les membres du MSV ont apporté des éclaircissements relatifs au fonctionnement du mouvement et au thème de la soirée. Le jeu en voulait la chandelle car la volonté des auteurs des dites questions était affichée de connaître d’avantage le mouvement.

         Alors que la soirée tendait vers sa fin, une dernière intervention a eu un écho mitigé dans l’auditoire. L’intervenant soutenait que l’interventionnisme n’est pas une question de régime mais un système et que pour venir à bout de ce phénomène il faudrait changer ce système qui d’ailleurs à montré ses limites aux yeux du monde : le capitalisme. Pour ainsi dire que l’interventionnisme répond à des besoins capitalistes.

Tout compte fait, nous avons jugé bon de mettre fin aux débat au environ de 1h du matin alors que l’insatiabilité des uns et des autres était encore manifeste.

       

 Vu l’engouement des participants pour le débat et pour l’activité en générale, nous pouvons conclure que le MSV a convaincu l’auditoire de sa capacité à être un instrument efficace de lutte. Les participants, à la fin de la soirée nous ont laissé entendre la nécessité pour eux d’avoir une section du MSV dans leur quartier. Nous travaillerons très bientôt à la mise en place de cette section au niveau de Goughin. Cette soirée a été pour nous une capitalisation d’expériences et nous a confirmé que la jeunesse burkinabé a besoin d’un cadre de lutte adéquat pour s’exprimer.   

 

 

 

 

 

 

 



22/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres