MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

MOUVEMENT DES SANS VOIX BURKINA FASO

La société civile burkinabè à l’épreuve des strapontins de la transition

Depuis la date désormais historique du 31 octobre dernier, la société civile burkinabè est plus que jamais au cœur de l’activité politique traditionnellement réservée à la classe politique. Le Mouvement des Sans voix Burkina salue vivement  cette implication active des différents acteurs de la société civile dans la lutte héroïque de notre vaillant peuple. En effet, à l’instar du 06 janvier 1966 et du 4 aout 1983, il vient d’écrire une nouvelle page de son histoire au prix de sa sueur et de son sang et par la même occasion réitérer à la face du monde entier son attachement à ses sacro saintes valeurs de liberté, de justice et d’intégrité. C’est également le lieu ici pour le MSV-Burkina de s’incliner sur la mémoire des martyrs tombés sur le champ de bataille qui nous a permis de nous débarrasser du régime avilissant et oppresseur de Blaise COMPAORE tout en espérant que leur sacrifice ne sera pas vain.

 

INSURRECTION.jpg

Mais passés les moments mémorables du tous contre un pendant lesquels tous les dignes fils et filles de ce pays marchèrent main dans la main pour affronter courageusement la soldatesque et autres hordes de mercenaires à la solde du bourreau COMPAORE, des interrogations méritent d’être posées sans complaisance aucune avec le recul nécessaire sur les attitudes et les objectifs réels de certains acteurs, particulièrement ceux de la société civile.

 

Ainsi, à l’occasion de la mise en place des organes de la transition, il nous est permis de voir que l’univers de la société civile est truffé de sangsues, de vautours et de rapaces de tout poil, qui, au mépris des sacrifices de nos martyrs non encore portés sous terre, n’ont d’autres ambitions que de monnayer leurs sacrifices afin de satisfaire leur appétit vorace. Mais il convient de signaler sans ambages que les auteurs de telles piteuses et misérables pratiques indignes sont pour la plupart des ouvriers de la 25e heure et autres tristes opportunistes qui se sont découverts à la lueur des événements une vocation politique ou  instrumentalisés par des politiciens spécialisés dans la pratique de la politique du pire et dont les ambitions sont au- delà de leur capacité et qui n’ont absolument plus rien à proposer  à notre chère patrie, car ayant déjà fait la preuve de leur compromission avec ceux qui, hier encore nous pillaient et narguaient à volonté. Ces pratiques qui constituent le label du régime déchu, nous donnent une idée de ceux qui sont aux manettes et qui croient avoir réussi entre temps par une simple campagne médiatique à prouver au peuple une rupture avec l’ancien système exploiteur et oppresseur. Mais le peuple n’est pas dupe, l’heure de la reddition des comptes approche à grands pas…

 

Le MSV- Burkina pour sa part, s’il n’est ni de près ni de loin intéressé d’intégrer un quelconque organe politique décisionnel, tient  à néanmoins rappeler à cette occasion cette position de principe. Mais qu’à cela ne tienne, il participe  aux différents cadres ouverts à la société civile afin de contribuer dans les limites de son pouvoir à défendre les points de vue qui ont toujours été les siens dans une vision structurelle. C’est dans cet esprit qu’il a pris part au caucus de désignation des représentants de la société civile au Conseil National de Transition(CNT) dans la catégorie des structures œuvrant dans les droits humains qui devrait se dérouler le vendredi 21 novembre 2014.

 

Au vu des difficultés majeures qui entourent le déroulement serein de la désignation eu égard à la multiplicité subitement débordante des acteurs dits de la société civile, l’opportunisme, l’intrusion  des politiciens éhontés et sans vergogne, l’irresponsabilité symptomatique de certains acteurs spécialisés dans la politique « pansive », le MSV-Burkina propose ce qui suit aux autorités compétentes pour la mise en place et le fonctionnement efficace, efficient et qualitatif des organes transitoires :

 

  • décréter le caractère gratuit ou bénévole de la participation aux organes,
  • définir de façon rigoureuse la société civile et dégager des critères de représentativité et de fonctionnalité objectifs des structures appartenant réellement à la société civile,
  • exclure les acteurs dont l’affiliation à des partis politiques est  avérée,
  • nommer des personnalités désintéressées jouissant de crédibilité notoire pour conduire le processus de désignation.

 

En définitive, convaincu que l’avenir de notre pays se joue dans cette transition, le MSV-Burkina engage les acteurs à ne jamais perdre de vue l’intérêt supérieur de notre peuple et à enfouir toute ambition personnelle de nature à compromettre notre marche triomphale vers de lendemains radieux.

 

 

              

Fait à Ouagadougou, le 22 Novembre 2014

MSV-Burkina, rien que les droits des peuples!

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/02/289658/MSV-fini.png



22/11/2014
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres